France : le PIB a progressé de 0,2% au troisième trimestre

Publié le par angeline351

France : le PIB a progressé de 0,2% au troisième trimestre


 

 

 

 

 

 

 

 

 

La croissance française au troisième trimestre a augmenté de 0,2%, selon les chiffres publiés ce vendredi par l'Insee. Un rebond décevant, même s'il est encourageant, puisque les dernières enquêtes de conjoncture laissaient entendre que les chefs d'entreprise, même s'ils n'avaient pas broyé du noir au cours de l'été, avaient abordé la rentrée sans grand enthousiasme .

Il sera "plus difficile d'atteindre" l'objectif de 1,5% en 2016 après la publication de ces chiffres, a immédiatement admis Michel Sapin, ministre de l'Economie et des Finances qui était l'invité de RTL.

Pour autant, a-t-il tempéré, ce chiffre ne remet pas en cause "la dynamique de reprise à l'oeuvre depuis un an et demi" et "ne change rien sur le front du chômage qui baisse nettement, comme sur le front du déficit qui recule et atteindra les objectifs fixés".

Un acquis de croissance de seulement 1,1 %

Car la hausse s'avère moins forte que le 0,3% qu' anticipait la Banque de France dans ses dernières prévisions, en s'appuyant sur les réponses apportées par les chefs d'entreprise.

L'Institut d'émission estimait alors que sur l'ensemble de l'année, le PIB avoisinerait 1,4%. Une prévision légèrement supérieure à celle de l'Insee (1,3 %) mais déjà très légèrement inférieure à celle du gouvernement (1,5 %).

Désormais, avec les résultats publiés ce vendredi, et sous réserve qu'ils ne soient pas révisés dans les semaines qui viennent, l'Insee estime que l'acquis de croissance (c'est à dire le niveau que le PIB atteindrait si l'activité ne progresse pas au dernier trimestre) est de 1,1 %.

La demande intérieure est quasi stable

Dans le détail, les chiffres de l'Insee montrent clairement qu'au moins deux moteurs de la croissance sont toujours en panne : celui de la consommation des ménages et celui de l'investissement des entreprises.

"Les dépenses de consommation des ménages stagnent pour le deuxième trimestre consécutif", soulignent les statisticiens publics. Tandis que l'investissement des entreprises recule pour le deuxième trimestre consécutif.

Et même si l'investissement total se reprend légèrement (+0,3 % après une stagnation au deuxième trimestre), c'est avant tout gr^e à celui des ménages (voir encadré).

Et au total, "la demande intérieure finale (hors stocks) est quasi stable : elle contribue à la croissance du PIB pour +0,1 point au troisième trimestre 2016, comme au trimestre précédent".

Par contre, du côté des entreprises, l'activité a retrouvé un peu de couleurs. "Au troisième trimestre 2016, la production totale de biens et services rebondit modérément (+0,4 % après -0,2 %)", souligne l'Insee.

L'INVESTISSEMENT DES MÉNAGES ACCÉLÈRE, CELUI DES ENTREPRISES RECULE DE NOUVEAU

Selon l'Insee, l'investissement total a progressé de 0,3 % au troisième trimestre.Une hausse largement tirée par l'investissement en construction qui augmente de 0,9 % (après -0,1 %) et celui en services marchands se redressent aussi (+1,1 % après 0,0 %).

Au contraire, l'investissement en biens manufacturés se contracte nettement (-2,3 % après +0,3 %), notamment en matériels de transport et en biens d'équipements.

Quant au commerce extérieur, il pèse aussi sur la croissance. Car si les importations se sont fortement redressées du fait notamment des achats d'hydorcarbures, par contre la reprise des exportations s'avère plus modeste.

Deuxième trimestre décevant

Cette publication intervient après un deuxième trimestre décevant qui n'avait pas tenu les promesses du dynamisme du début de l'année. Après une hausse de 0,6% au cours des trois premiers mois de 2016, l'économie française avait en effet enregistré un très léger recul de 0,1% de l'activité au deuxième trimestre, pénalisée par notamment par la consommation et un recul des investissements.

 

 

 

 

 

Publié dans Information

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article