Anne Hidalgo fait volte-face sur l'ouverture des magasins le dimanche

Publié le par angeline351

Anne Hidalgo fait volte-face sur l'ouverture des magasins le dimanche

La Ville de Paris veut étendre l'ouverture dominicale des commerces. Cette décision choque au sein de sa majorité.

Anne Hidalgo fait volte-face sur l'ouverture des commerces le dimanche. Alors qu'elle était farouchement opposée à l'extension du travail dominical, la maire (PS) de la capitale a surpris en annonçant cette semaine qu'elle proposerait au conseil de Paris du 7 novembre « d'autoriser les commerces à ouvrir douze dimanches en 2017 », soit le maximum défini par la loi.

La mairie explique vouloir soutenir « les commerces de proximité touchés par la baisse de la fréquentation touristique » et fragilisés par la « concurrence » de l'ouverture dominicale des grandes enseignes. Ce changement de cap fait tanguer sa majorité. « Il y a une sorte de rupture de confiance entre la maire et nous », a indiqué dans Le Parisien Nicolas Bonnet-Oulaldj, président du groupe communiste-Front de gauche, en évoquant le rapport sur le sujet voté au conseil de Paris en 2015. Ce dernier prévoyait un « dépassement possible (...) de quelques unités » du plancher des cinq dimanches. Le groupe écologiste estime, lui, que « les douze dimanches ne sauveront pas les commerces de proximité ».

Même colère du côté du Clic-P, le collectif des syndicats parisiens du commerce : « Plus les grandes chaînes pourront ouvrir le dimanche, plus le petit commerce, qui ne pourra pas suivre, sera fragilisé ». En revanche, la volte-face d'Anne Hidalgo réjouit la droite parisienne. Rien d'étonnant quand on observe de près la politique des socialistes parisiens.

Commenter cet article