« Le manque d’effectifs est le problème numéro un à l’hôpital »

Publié le par angeline351

« Le manque d’effectifs est le problème numéro un à l’hôpital »

Ludovic Brun est infirmier anesthésiste au centre hospitalier de Troyes dans l’Aube. Syndiqué à FO depuis deux ans, il est depuis l’année dernière secrétaire adjoint du CHSCT de son établissement.

« Le CHSCT est une instance très utile où les syndicats ont du poids pour faire respecter et améliorer les conditions de travail des salariés », indique Ludovic Brun, représentant FO à l’hôpital de Troyes. Un établissement qui est le plus gros employeur du département avec près de 2 000 salariés.Les visites régulières dans les services, les contacts avec les agents permettent de faire remonter jusqu’à la direction des problèmes qui vont du manque de matériel à la problématique des effectifs, et de tenter de les régler.

Le nombre d’heures supplémentaires explose

« Aujourd’hui, le manque d’effectifs est le problème numéro un, expose Ludovic. Le nombre d’heures supplémentaires explose et tout le monde est fatigué. » Si Ludovic consacre 20 heures par mois à son mandat au CHSCT, son travail d’infirmier anesthésiste (IADE) continue de le passionner. Un cursus qu’il a choisi après avoir été infirmier en chirurgie cardiaque, puis coordinateur des greffes cardiaques à la Pitié-Salpêtrière à Paris. Ludovic a participé l’année dernière à la mobilisation des IADE, qui a abouti à la reconnaissance du diplôme à bac+5 pour les nouveaux diplômés. Le combat continue pour élargir cette avancée à tous les diplômés. Les IADE demandent en outre une revalorisation des salaires tenant compte de la technicité et des responsabilités liées à leur métier. « Nous gagnons seulement 150 euros de plus par mois qu’un infirmier alors que nous avons fait deux ans d’études en plus », indique Ludovic. 

Publié dans COMMUNIQUE FO

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article