Fermetures d'écoles : les parents s'organisent

Publié le par angeline351

Après l’annonce des deux fermetures d’écoles en Ville haute, des parents se mobilisent pour obtenir le maintien de l’élémentaire, rue de Belgique.

 Dans le quartier de la Cité de l'écrit, des banderoles sont apparues hier, sur les maisons de parents qui refusent de faire le deuil des deux écoles. Leur fermeture à la fin de l'année scolaire a été annoncée mardi soir, par le maire et le directeur académique (lire nos éditions de jeudi et vendredi).

Beaucoup s'étaient déjà résignés à voir fermer la maternelle, en espérant que les petits rejoindraient l'élémentaire voisine, rue de Belgique. En fait, les deux écoles sont supprimées. Les effectifs doivent être répartis sur les pôles de Ville basse et Saint-Nicolas, qui disposent de salles de classes vacantes.

Contre-proposition

C'est un coup dur pour le quartier « Ville haute », où le pôle scolaire avait attiré des familles. « Les gens sont remontés »,résume une maman. La mobilisation peut se mesurer sur la page Facebook « Sauvons nos écoles », passée de 90 à 171 membres cette semaine.
« On ferme les deux écoles de la Cité de l'écrit, quelle image cela donne-t-il de la ville ? se désole Arielle Berthonnet, candidate aux élections de délégués des parents de l'école élémentaire (1). Il y a peut-être encore moyen de faire changer les choses. » 
Le groupe des parents opposés à la fermeture appelle ainsi à manifester lundi soir (18 h 30) devant la mairie, où les élus se réunissent pour parler des écoles : « Passé l'émotion, on doit faire une contre-proposition (2) et tout faire pour conserver l'école élémentaire, en y faisant monter les maternelles, explique Véronique Annereau. Pour nous, c'est la meilleure solution, sinon le quartier est sinistré. » 
Le maire ne ferme pas la porte à la discussion. « Nous les écouterons, mais ce projet d'école primaire ne correspond pas aux objectifs [d'économies] de la mairie et de l'Éducation nationale », a-t-il prévenu hier.

" Loin de la catastrophe "

Yves Bouloux se voit aussi critiqué sur sa méthode par les deux groupes de l'opposition municipale (lire en encadré) : la fermeture des écoles n'a fait l'objet d'aucune délibération avant l'annonce de mardi. Le conseil municipal n'en discutera au complet que lundi soir, en commission générale (non publique). « Ce sera débattu au conseil municipal, il y aura une délibération sur les écoles en novembre ou décembre, répond le maire. C'est une question de timing : avec le directeur académique, nous devions faire une annonce conjointe aux enseignants et aux parents. C'était notre choix. Nous ne pouvions donc pas évoquer la décision avant en conseil municipal. » 
Le maire réagit également à notre article de vendredi, sur le ressenti des élèves : « Il y a beaucoup d'affectif lorsqu'on parle d'école et je respecte les réactions. Mais je ne crois pas que nous rendrons les enfants malheureux en leur faisant changer d'école après les grandes vacances. Nous sommes tout de même loin de la catastrophe. »

 (1) Cette élection aura lieu vendredi, une liste de quatre personnes se présente pour quatre places. (2) Réunion publique des parents, mardi 6 octobre à 19 h, 15, rue Champien.

réactions

> Montmorillon avec vous, Guy Gévaudan. « Cette décision unilatérale nous choque profondément. D'abord sur la forme : notre groupe n'a jamais été associé à la réflexion, malgré sa demande. Nous avions proposé qu'un groupe de travail associant tous les partenaires soit mis en place. [Lundi] nous sommes convoqués précipitamment à une commission générale non publique, censée permettre de réfléchir, alors que la décision est déjà prise ! Sur le fond, nous avions dit que nous comprenons la volonté de bien gérer les finances. La qualité de l'éducation et l'épanouissement des enfants auraient dû être le point de départ de la réflexion. Le message, fermeture de deux écoles, entendu à Montmorillon et dans le département, est négatif. Notre méthode était plus fédératrice et on aurait sans doute rendu notre cité plus attractive avec un projet éducatif global. »
 > Audace et progrès, Christophe Cafardy. « Nous attendrons les éclaircissements, lundi soir, pour nous exprimer sur le fond du dossier. Mais la méthode nous choque : au dernier conseil municipal [23 septembre], il n'a pas du tout été question de cette décision importante, qui était évidemment dans les tuyaux et qui a été annoncée abruptement mardi [29]. C'est un déni de démocratie. Le maire a fait peu de cas de l'avis des parents et des élus d'opposition. Je m'inquiète du déficit de prospective de la municipalité. »

 

Publié dans Information

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article