horrible,insupportable: Le Petit migrant mort sur la plage :

Publié le par angeline351

Ce sont de petits anges" dit-on. Peut être veut-on signifier que ces enfants n'ont pas eu le temps de distinguer le bien du mal, pas eu le temps d'apprécier la liberté, la joie d'avoir un foyer,'aller à l'école Non ils ont pas eu le temps d'aprécier les avantages ,la joie de vivre ces petits anges ont connu  les difficultés de l'éxistence et, portant ils sont nés, et leur existence à été d'abord une grande source de joie pour leurs parents ,avant d'être une grande souffrance à leur départ . Perdreun enfant , quel que soit son âge, reste une plaie qui ne se referme jamais 

Nous pouvons ainsi écouter et entendre le message secret envoyé par ces enfants 
dont la présence éphémère nous blesse à jamais si nous restons sourds à leur message d'espoir.

 

horrible ,plus jamais cela cette enfant ,devrai vivre ,s'amusée à la plage et, il n'est pas seule 

 Dans le groupe de 12 malheureux figuraient 5 enfants. Le cadavre de l'un d'eux, celui d'un petit garçon, a été photographié gisant face contre sable sur une plage de la Turquie après avoir été poussé par les vagues.Combien d'enfants faut t'il encore trouvé sans vie sur les plages , pour faire agir les têtes pensantes

Cette famille syrienne souhaitait rejoindre le Canada, où certains de leurs proches sont déjà établis, a rapporté la presse canadienne. Selon l'édition en ligne du Ottawa Citizen qui cite une proche, le père de cette famille, Abdullah, qui a survécu au naufrage, a confié vouloir rentrer à Kobané pour y enterrer sa femme et ses deux enfants.

Mes enfants m'ont glissé des mains» - le père des petits migrants morts en Turquie

La famille d'Aylan Kurdi avait cherché, en vain, à se réfugier au Canada, selon la tante de l'enfant, une femme qui vit en Colombie-Britannique. Le petit garçon, son grand frère et sa mère sont morts noyés en tentant de rejoindre les côtes européennes.

Les décès d'enfants syriens dont les corps ont été repêchés en Turquie a chamboulé la campagne électorale canadienne. Ils avaient essayé d'émigrer vers le Canada, sans succès. Le père espère pouvoir rentrer en Syrie avec les dépouilles de sa femme, Rehan Kurdi, et de ses deux enfants, Aylan, 3 ans, et Galip, 5 ans.

Publié dans saudade

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article