Les Français ne croient pas à la pause fiscale

Publié le par angeline351

Les Français ne croient pas à la pause fiscale

Un sondage qui ne va pas améliorer l'image du Président de la République. Lui qui fait tout pour redorer son blason, depuis le 14 juillet dernier, n'est visiblement pas pris au sérieux par les Français.

Pause fiscale : les Français n'y croient pas

En effet, d'après un sondage publié par Les Echos ce lundi 21 juillet dernier, 74 % des personnes interrogées ne croient pas à la promesse de François Hollande, d'une pause fiscale pour les contribuables. Le chef de l'État l'a pourtant réaffirmé dans sa traditionnelle interview du 14 juillet dernier, affirmant que les impôts n'augmenteraient pas d'ici 2017.

Une promesse que les Français ne prennent visiblement pas au sérieux. En témoignent les autres résultats de cette étude. Ainsi, 69 % des personnes interrogées jugent excessif le niveau des prélèvement des contributions. À noter que seulement 2 % des sondés estiment le niveau d'imposition peu élevé, alors que 29 % des Français trouvent le niveau d'impôts élevé mais supportable.

Les impôts entraînent de la suspicion chez les Français

Les Français seraient-il rancuniers à ce point ? Le début du mandat de François Hollande avait été marqué par de nombreuses hausses d'impôts, puis le chef de l'Etat avait alors tenté d'inverser la vapeur, sentant la grogne des contribuables. Il semblerait pourtant que cela n'ait rien changé à son image, pour l'opinion publique. 

À noter enfin que le climat de suspicion autour de la fiscalité est toujours bien présent chez les Français. Ainsi 58 % des personnes interrogées estiment que les grands gagnants de la politique fiscale sont les chefs d'entreprises, un sentiment de gêne qui grimpe à 70 % chez les salariés et les ouvriers.

Et la possible création d'une taxe pour les ordinateurs et le cloud ne va pas calmer l'opinion.

Et vous, croyez-vous à la promesse de la "pause fiscale" ?

 

Publié dans Information

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article