. Grèce : manifestation contre l'austérité devant le Parlement

Publié le par angeline351

. Grèce : manifestation contre l'austérité devant le Parlement

 

 

Après avoir transmis ses propositions de réformes à ses créanciers jeudi soir, le Premier ministre grec doit maintenant convaincre son Parlement.

Les députés vont être amenés à voter pour permettre ou non à Alexis Tsipras de négocier le paquet de réformes, qui sera également examiné dès samedi par les créanciers d'Athènes : l'Union européenne, la Banque centrale européenne (BCE) et le Fonds monétaire international (FMI). Ces propositions seront ensuite soumises aux ministres des Finances de la zone eurosamedi, avant le sommet extraordinaire des 28 pays de l'UE dimanche à Bruxelles. Contre ces réformes, la Grèce compte obtenir un nouveau programme d'aide sur trois ans.

La partie ne s'annonce pas gagnée d'avance pour Tsipras, car la copie rendue jeudi risque de faire grincer des dents dans son propre camp. Dans le document de 13 pages, le gouvernement s'engage en effet à adopter une grande partie des mesures proposées par les créanciers le 26 juin. Ce sont ces mesures qui ont été rejetées par les Grecs lors du référendum de dimanche. La hausse de la TVA, pomme de discorde entre Athènes et ses créanciers depuis plusieurs mois, est ainsi acceptée par le gouvernement qui propose «un système unifié des taux de la TVA à 23%, incluant aussi la restauration», qui jusqu'ici était à 13%.  Privatisations et réformes des retraites sont aussi au programme. Certains médias estimaient qu'une dizaine de députés Syriza et quatre de son partenaire de coalition Grecs indépendants (Anel) pourraient voter non ou s'abstenir, mais Nouvelle démocratie, le parti de son prédécesseur Antonis Samaras, devrait voter pour le texte du gouvernement ainsi que d'autres partis d'opposition. 

Le texte comprend également un «paquet de 35 milliards d'euros» consacré à la croissance. Et il y a un point sur lequel Tsipras n'entend pas transiger : le Premier ministre veut une solution «pour régler» le problème de la dette publique qui atteint 180% du PIB (environ 320 milliards d'euros). Jeudi encore, Angela Merkel, la chancelière allemande, a réaffirmé son opposition à toute réduction de la dette. Il semble toutefois y avoir de la friture sur la ligne à Berlin puisque le ministre des Finances, Wolfgang Schäuble juge que la restructuration ou le rééchelonnement de la dette grecque est un «passage obligé». 

 

Publié dans Information

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article